Chez un athlète, les types de fibres musculaires sollicités lors des activités physiques de longue durée et les efforts de courte durée ne sont pas les mêmes. Cet article vous éclairera sur l’utilité des fibres lentes dans les épreuves d’endurance comme le semi ou le marathon.

Classification des fibres musculaires

Selon leur coloration, les fibres musculaires se classent en deux principales catégories, à savoir les fibres blanches et les fibres rouges. En fait, cette coloration résulte de l’importance de la vascularisation de ces faisceaux musculaires.

Les fibres blanches contiennent très peu de vaisseaux sanguins tandis que les fibres rouges sont très vascularisées. Ces fibres blanches, peu vascularisées, renferment peu d’oxygène et se contractent rapidement, d’où leur appellation de fibres à contraction rapide. Les fibres rouges, quant à elles, contiennent une importante quantité d’oxygène apportée par les vaisseaux qui les alimentent régulièrement. Elles se contractent plus lentement et sont appelées fibres à contraction lente ou fibres lentes. 

Proportion de fibres dans les muscles

La masse musculaire d’un sportif se compose de fibres lentes et de fibres rapides. Afin de connaître la composition des muscles en matière de fibres musculaires, différentes études scientifiques ont été menées. La plupart d’entre elles ont démontré que les proportions en fibres blanches et rouges varient en fonction. Chez ceux qui font régulièrement des exercices d’endurance comme les marathoniens, les fibres à contraction lente semblent beaucoup plus développées. Pour les sportifs pratiquant des exercices nécessitant de la puissance comme le sprint ou l’haltérophilie, les fibres blanches, à contraction rapide, seraient plus nombreuses.

Cependant, des études scientifiques plus poussées ont mis en exergue l’importance des facteurs génétiques dans la composition des fibres musculaires. D’après ces recherches plus récentes, les  proportions respectives des fibres rouges et des fibres blanches dépendraient surtout de certains facteurs héréditaires. Les séances d’entrainement effectuées permettraient seulement d’augmenter le volume de fibres lentes ou rapides mais ne permettraient pas d’inverser leurs proportions. D’une manière générale, les fibres rouges représentent 50% de la masse musculaire totale et les fibres blanches en représenteraient 25%.

Muscle-fibers

Quelle est l’utilité des fibres lentes dans les épreuves d’endurance ?

En se basant sur les recherches effectuées, les fibres rouges ou fibres lentes ont une capacité aérobie élevée car elles sont très vascularisées et renferment beaucoup d’oxygène. Elles peuvent donc utiliser cet oxygène à bon escient et avoir une bonne endurance puisqu’elles fonctionnent rarement en anaérobie. Comme elles sont très endurantes, elles se contractent lentement et l’athlète ne se fatigue pas facilement lorsqu’elles sont sollicitées. Dans le cas des joggeurs qui pratiquent les courses de fond comme le semi ou le marathon, il est donc conseillé de favoriser les exercices qui mettent en action les fibres à contraction lente. Pour choisir les exercices adéquats et optimiser le rendement des sessions d’entrainement, les conseils avisés d’un coach ou le suivi d’un programme d’entrainement comme Formyfit est l’idéal.

L’importance des fibres lentes dans les performances des épreuves d’endurance