Pour beaucoup, le sport et la course à pied sont un plaisir, une manière de se dépenser et d’atteindre ses objectifs. Mais pour certains, courir est une dépendance, un besoin irrépressible. Alors, comment savoir si vous êtes dépendant(e) au running ? Réponse dans cet article !

La question de la dépendance : la bigorexie

L’addiction au running, et au sport en règle générale, est une maladie reconnue par l’Organisation mondiale de la santé. Elle est désignée par le terme « bigorexie ».

Avoir envie ou besoin de courir régulièrement ne fait pas de vous une personne « droguée » au sport, ou même malade. Se dépenser est bon pour la santé, tout comme l’est la pratique de la course à pied. Les études scientifiques menées sur le sujet (et elles sont nombreuses) s’accordent sur le fait que la pratique de la course à pied permet de réduire les risques de développement de certaines maladies cardiaques, ou même de cancers.

Néanmoins, certains cas nécessitent de soulever la question de la dépendance. À partir de combien de séances ou de kilomètres parcourus sommes-nous accros ? Est-ce plutôt lié à l’intensité des efforts ? Il n’y a pas de réponse universelle, ou qui soit susceptible de concerner l’ensemble des coureurs. Plusieurs éléments peuvent néanmoins vous mettre la puce à l’oreille. La définition même de la bigorexie comprend le fait que la pratique excessive de la course à pied ait des effets négatifs sur la santé psychologique, physique et sociale d’une personne.

running

Devenir dépendant au running : comment est-ce possible ?

Comment la course à pied peut-elle générer un changement dans un comportement bénéfique et le transformer en addiction ? La pratique de la course à pied implique différents facteurs psychologiques, physiologiques et socioculturels. D’une certaine manière, ce sont eux qui contribuent à générer une dépendance.

Au début, prendre l’habitude de courir n’a rien de néfaste. Il est même recommandé de pratiquer une activité régulière. La course à pied ne nuit pas à notre vie quotidienne ni à notre santé. Au contraire, puisqu’elle est censée l’enrichir. Ainsi, la dépendance intervient lorsqu’un sport n’est plus pratiqué pour le plaisir, mais par obligation. Si la course, la progression et les objectifs deviennent une obsession, alors le sport gouverne notre routine et la dépendance s’installe.

Le coureur perd alors sa capacité à contrôler ce comportement, et augmente ses chances de souffrir d’une forme de mal-être ou même de lésions. De plus, face à une dépendance, le coureur va modifier son comportement général afin de pouvoir faire du sport. Il devient plus irascible et anxieux. L’ensemble des autres aspects de sa vie sont alors relégués au second plan au profit du sport.

Reconnaître les signes d’une pratique excessive du running

Au-delà du niveau de chacun et même de l’âge, la pratique de la course à pied doit toujours se montrer bénéfique pour le coureur. Si des troubles apparaissent, ou que le sport génère des problèmes de santé chez le pratiquant de running, il y a certainement un problème.

Fatigue excessive et isolement

Si le coureur est fatigué, cela peut être le signe d’un sommeil trop léger et donc peu réparateur. Dès lors, il ne parvient plus à trouver l’énergie de rester disponible et alerte pour les autres activités de sa vie quotidienne. Une personne dépendante au sport s’isole du monde, gâche ses relations (famille, collègues, amis ou amour) pour pratiquer la course à pied. En règle générale, elle devient irritable lorsque ses proches tentent de lui apporter des conseils de bon sens. À terme, le coureur s’isole pour pratiquer la course à pied sans se sentir jugé par son entourage.running

Courir au détriment de sa santé

D’autre part, une personne dépendante à la course à pied aura une vision erronée d’elle-même. Elle peut par exemple se trouver trop grosse, et chercher à perdre du poids avec la course à pied. Cela peut aussi la conduire à développer un trouble alimentaire. Elle peut aussi se trouver trop peu performante, et repousser toujours plus ses objectifs pour une progression plus rapide au détriment de sa santé. Dans ce cadre, la personne atteinte de bigorexie va refuser d’admettre qu’elle pratique suffisamment de sport, et pensera même devoir courir davantage.

De plus, un coureur qui tombe dans la dépendance pourra présenter une plus forte tendance à tomber malade. Affaibli, son organisme ne parvient plus à se défendre des agressions bactériennes ou des virus. Les rhumes, grippes ou angines s’enchaînent de manière plus répétée.

Comment ne pas tomber dans la dépendance ?

Vous craignez de tomber dans la dépendance au running ? Pour éviter cela, il est conseillé de couper complètement l’entraînement plusieurs fois par an, pour une durée approximative de deux semaines. Cela permet à l’organisme de se reposer, mais aussi de récupérer des contraintes liées au sport. Ces périodes seront alors à consacrer aux autres plaisirs de la vie pour décrocher du sport.

Faire des pauses et s’imposer un programme réfléchi, respectueux de son corps et de son rythme sont les meilleurs moyens d’éviter de tomber dans la dépendance. Il faut parfois aussi accepter les remarques de son entourage, notamment s’il signale une pratique excessive de la course à pied. Faire un break peut alors s’avérer nécessaire, notamment si les premiers signes de la dépendance se présentent.

running

Pour conclure

D’une manière générale, si la course à pied est devenue une obsession au point de rythmer et de gouverner votre vie, c’est qu’il est certainement temps de faire une pause. Les objectifs et la progression dans la pratique de ce sport ne doivent pas se faire au détriment de votre santé physique, psychologique et sociale. La course à pied n’est qu’un aspect de la vie quotidienne, elle ne doit pas en devenir le centre.

Comment savoir si vous êtes dépendant au running ?